Il existe des monuments qui vous sautent aux yeux, et d’autres qu’il faut prendre soin de découvrir. Celui dont nous parlons est de la dernière catégorie ; il n’a pas de nom, il n’est évoqué nulle part dans les recueils patrimoniaux, ne figure qu’en filigrane dans la mémoire de la ville. Nous l’avons nommé le Grand Vide.

1.jpg

C’est lui, en 1926. Il a déjà 10 ans. L’ombre en bas à gauche est celle du palais de la Bourse. Le bâtiment au fond est la poste Colbert.

En plein coeur de Marseille, à partir de 1852, s’est construit un grand vide urbain, au rythme de la démolition de tout un quartier et de l’expulsion de ses habitants. Ce n’est que 110 ans plus tard, en 1962, que ce quadrilatère a accueilli de nouveaux habitants, au sein des Labourdettes.

Les Labourdettes sont un ensemble architectural de trois tours et une barre, conçu dès 1945 et livré en 1962, aujourd’hui labellisé patrimoine du XXe siècle.

C’est l’histoire de ce monument oublié que nous souhaitons raconter, et continuer d’écrire. Un monument érigé à plusieurs voix, plusieurs regards, par les habitants d’hier et ceux d’aujourd’hui.

Voulu oeuvre d’hospitalité, ce webdoc habite entre trois associations : RIMEs, Ça Slack Houle Douce et Les Labourdettes.

Journal_labourdette.jpg